Data mining : de nouvelles perspectives pour les directions financières

A LA UNE
Outils
TAILLE DU TEXTE

A l’heure du Big Data, le travail sur les données est source d’opportunités pour les fonctions finance. La société ABBD, spécialisée dans le data mining et l’audit des données comptables, est intervenue à ce sujet lors d’une conférence organisée par la DFCG mercredi 12 juin 2019.

Les directions financières doivent gérer au quotidien un nombre colossal de données. Partant, le recours à des procédés automatiques peut s’avérer bienvenu pour optimiser le traitement de cette matière gargantuesque. C’est tout le propos du data mining sur lequel est revenu Franck Labarre, Associé ABBD, dans le cadre d’un atelier proposé par la DFCG.

Qu’est-ce que le data mining ?

Data mining… ce curieux néologisme désigne l’extraction de connaissances à partir de grandes quantités d’informations via des méthodes automatiques ou semi-automatiques. Ce procédé existe depuis longtemps, mais a largement pris son essor grâce à l’explosion des données et de la puissance calculatoire depuis les années 2000. Cela passe par la mise en œuvre d’algorithmes – statistiques, arbres de décision, intelligence artificielle… – permettant de construire des modèles descriptifs, voire prédictifs.

« On constate une arrivée croisée à la fois des capacités de calcul et des données disponibles, permettant de réaliser des travaux intéressants » déclare ainsi Franck Labarre, avant de poursuivre : « L’intelligence artificielle, c’est un peu le sujet à la mode, on en parle partout. C’est évidemment très utile même si parfois, ce n’est pas forcément la bonne méthode, le bon algorithme pour réaliser son objectif. »

Quels avantages pour la fonction finance ?

Les opportunités du data mining sont légion pour les directions financières. La standardisation récente des données comptables, à travers le FEC, permet notamment une optimisation du traitement automatique de ces informations.

Cette technique ouvre tout d’abord la possibilité d’audits plus exhaustifs allant au-delà du simple sondage. Pour les directions comptables, les enjeux sont d’identifier les erreurs de saisie ou les fraudes éventuelles, consolider la compliance de l’entreprise aux procédures comptables et enfin, réduire le coût et le temps consacrés à l’audit interne. Le recours au data mining permet également à la fonction finance d’accéder à une vision globale du traitement comptable dans la structure, débouchant sur une amélioration du résultat et de la trésorerie. Enfin, une plus grande maîtrise du risque fiscal doublée d’une sécurisation des processus entrent dans la promesse du data mining selon Franck Labarre.

Hugues Robert