Jean Bouquot à propos du PACTE : « Il ne s’agit pas de dire que le commissaire aux comptes doit devenir un consultant »

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le Président de la CNCC Jean Bouquot dresse le bilan du PACTE, évoque les actions de la Compagnie nationale pour l’avenir et s’exprime sur le sujet polémique de la séparation de l’audit et du conseil.

Passée l’adoption définitive du PACTE, Jean Bouquot évoque ce texte qui a fait l’objet de plus d’un an de combat par les commissaires aux comptes avec en ligne de mire, le rehaussement des seuils d’audit légal.

Selon le Président de la CNCC, le gouvernement a démontré sur ce dossier « une déconnexion tout simplement surréaliste » par rapport aux réalités de la profession. Jean Bouquot expose également les actions de la Compagnie nationale pour l’avenir, notamment « continuer jusqu’au bout le combat » devant le Conseil constitutionnel et s’efforcer de déployer un nouveau souffle : « Le sujet, c’est de rebondir et de prendre en main notre destin. »

Le Président Bouquot s’exprime enfin sur la polémique concernant la séparation de l’audit et du conseil : « Il ne s’agit en aucune manière [pour les commissaires aux comptes] de devenir des prestataires de services dans des domaines qui sont l’apanage de l’expertise comptable. » Et à l’attention des avocats également sensibles au sujet : « En aucune façon, la loi de 1971 sur la séparation du droit et du chiffre n’est remise en cause par le PACTE. »


Hugues Robert

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.