Congrès national ECF : vers un « New Deal » de la profession comptable ?

Institutions
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le Congrès national du syndicat ECF a débuté le 18 juin 2018 à Lyon. La plénière d’ouverture – sous le titre « Profession comptable : vers un New Deal ? » – a posé la question de la réinvention du monde du chiffre face aux risques réglementaires et technologiques.

« Aujourd’hui, la profession du chiffre va peut-être basculer dans une crise majeure de son histoire avec le relèvement des seuils et d’autres menaces réglementaires. Je crois réellement que c’est le moment d’agir mais également d’avoir la capacité de changer de paradigme pour notre profession » a déclaré Jean-Luc Flabeau, Président d’ECF.

Ces mots résument sans doute l’esprit du Congrès ECF qui a commencé lundi 18 juin 2018 à la Cité internationale de Lyon : réfléchir à des réponses créatives face aux menaces réglementaires – réforme de l’audit PE en tête – et technologiques avec en première ligne, la question de l’intelligence artificielle. Il s’agit de transformer les contraintes en opportunités et réinventer le « cab' aujourd’hui » pour anticiper les défis de demain.

Le monde du chiffre entre contraintes juridiques et mutations technologiques

La profession comptable traverse une zone de turbulences prononcées, entre le PACTE et les bouleversements technologiques. La plénière d’ouverture du Congrès ECF 2018 s’est efforcée d’en saisir les enjeux.

Sur la réforme du commissariat aux comptes, le Président Flabeau a rappelé l’exigence d’un « audit adapté » aux petites entreprises, défendue de longue date par le syndicat ECF, et s’est montré très critique à l’égard de la CNCC : « Je pense que si nous avions été à la tête de l’institution, nous n’en serions pas là... » Le Président de la CRCC de Lyon Olivier Arthaud a de son côté mis en cause l’indépendance même de la Compagnie nationale, eu égard à la forte représentation des « Big » dans sa gouvernance.

Le Président du CRO Marseille - PACA Lionel Canesi a également pris la parole sur la question des mutations technologiques : « Le marché de l’expertise comptable, c’est environ 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires et c’est 7 milliards sur l’automatisation et la saisie. Nous voyons bien que nous sommes en danger sur ce sujet. Nous avons un vrai virage stratégique à prendre. »

« New Deal » de la profession comptable : transformer les contraintes en opportunités

Alors, quelles réponses apporter à ces turbulences dans le monde du chiffre ? Plusieurs pistes ont été suggérées lors de la plénière du Congrès ECF 2018.

Jean-Luc Flabeau a ainsi souligné l’importance de la déontologie des experts-comptables : « le pivot de nos mutations à venir » selon lui, un atout concurrentiel de taille face à l'entrée d'ubérisateurs éventuels et un gage de confiance dans l'information économique. Le Président Flabeau a également insisté sur les notions de valeur et d’utilité, avec cette exigence que les professionnels du chiffre naviguent au plus près des attentes du marché.

D’autres opportunités encore ont été mises en avant : la place de choix des experts-comptables sur ce « nouvel or noir » qu’est la donnée – « Nous sommes au cœur de la data de l’entreprise » a ainsi souligné Jacques Moreau, ancien Président du CRO Rhône-Alpes – également, les pistes de la conformité RGPD ou bien du « full service » avec l’idée de développer une véritable gestion administrative externalisée.

Hugues Robert

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.