Les entrepreneurs ont tenu !

Etudes
Outils
TAILLE DU TEXTE

Mais les TPE résistent plus difficilement et trois grandes PME-ETI tombent chaque semaine, selon le dernier baromètre Altares sur les défaillances d'entreprises.

La société Altares a diffusé son étude sur les défaillances d'entreprises au second semestre 2019.

« Il y a un an, soit quasiment six mois avant le début du mouvement des gilets jaunes, les défaillances d'entreprises amorçaient une augmentation qui allait se poursuivre jusqu'en fin d'année ; décembre était même le mois de clôture annuelle le plus sinistré depuis 2015. Le premier semestre 2019 s'annonçait donc compliqué... » rappelle Thierry Millon, Directeur des études Altares. 

« En réalité, si la forte sinistralité du premier mois de l'année a effacé l'excellent chiffre de début 2018, le nombre de défaillances de janvier 2019 est encore sur un plus bas niveau à dix ans. Le premier trimestre passe finalement au vert (- 1 %). Le dispositif d'aides mis en place par les pouvoirs publics à partir de fin novembre 2018 semble avoir permis aux petits entrepreneurs de tenir. Sur le deuxième trimestre, le nombre d'entreprises tombées en défaillance recule encore (- 3,1 %) » poursuit-il.

Les défaillances au plus bas depuis le deuxième trimestre 2008

Le nombre de défaillances enregistrées ce trimestre est comparable à celui du deuxième trimestre 2008. Il n'a jamais été aussi bas ! 12 347 procédures (- 3,1 %) ont été ouvertes. Les sauvegardes sont peu nombreuses. Les liquidations judiciaires directes sont, elles aussi, en recul sensible (- 4,4 %) à 8 387. En revanche, les redressements judiciaires se maintiennent.

Les micro-entreprises en difficulté

Les TPE représentent 94 % (11 623) de l'ensemble des structures défaillantes. Leur nombre recule de 2,5 % par rapport à la même période 2018. Toutefois, les plus petites TPE, les micro-entreprises de moins de 3 salariés, enregistrent un nombre de redressements judiciaires en augmentation de 5 %.

Les PME de 10 à 99 salariés s'inscrivent quant à elle sur une tendance clairement favorable (685 ; - 14,3 %). En revanche, les grosses PME voire ETI, d'au moins 100 salariés, dérapent fortement (+ 62,5 %) ; 39 d'entre elles sont tombées en défaillance soit trois défauts chaque semaine. Les redressements judiciaires de PME d'au moins 100 salariés ont tout simplement doublé.

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.