Le point sur les compétences spécialisées pour les experts-comptables

A LA UNE
Outils
TAILLE DU TEXTE

L’annonce a été faite début 2019. Le Conseil supérieur souhaite mettre en place un mécanisme permettant aux professionnels du chiffre de faire valoir trois compétences spécialisées. Lors des Universités d’été de la profession comptable, le Président de l’OEC Paris IDF Laurent Benoudiz est revenu sur le fonctionnement de ce dispositif.

Spécialisation et conseil sont décidément les fers de lance de l’action du Conseil supérieur. Après avoir largement promu cette vision notamment lors du 72ème Congrès de l’Ordre, l’institution poursuit l’effort dans ce sens en proposant aujourd’hui un mécanisme concret, permettant aux experts-comptables de justifier à titre officiel de plusieurs compétences spécialisées. L’idée étant que les cabinets puissent afficher auprès du marché une image de sachant dans les domaines retenus et proposer ainsi des services à plus forte valeur ajoutée.

Un dispositif qui verra très bientôt le jour. Mais comment fonctionne-t-il en pratique ? Le Président de l’Ordre de Paris Laurent Benoudiz s’est attardé sur le sujet lors des Universités d’été de la profession comptable.

Les compétences spécialisées : comment ça marche ?

Il est possible de choisir entre des compétences techniques ou sectorielles. S’agissant des premières, la spécialisation doit être fondée sur une formation diplômante ou qualifiante d’une durée de 120 heures minimum, obtenue depuis moins de cinq ans. Concernant les secondes, la pratique dans la spécialité (pharmacie, architecture, e-commerce…) doit représenter au moins 10 % de l’activité professionnelle annuelle, avec une diversité significative des missions.

Il n’existe pas de liste préétablie des compétences spécialisées. Chaque CRO saisi d’une compétence nouvelle devra consulter pour avis la Commission dédiée du CSOEC. Celui-ci alimentera progressivement une liste générale.

Le dispositif est réservé aux experts-comptables personnes physiques, à l’exclusion donc des cabinets personnes morales. La demande doit être adressée auprès du CRO de l’inscription principale. Et sauf le cas de compétences spécialisées qui se compléteraient, leur nombre doit être limité à trois par professionnel.

La reconnaissance de compétences est valable cinq ans. Elle ne sera pas mentionnée au tableau de l’Ordre mais les experts-comptables titulaires pourront en faire usage afin de promouvoir leurs services auprès du marché. Le contrôle des compétences spécialisées sera effectué lors du contrôle qualité. En cas de refus de reconnaissance, le professionnel pourra engager un recours devant le juge administratif.

Un dispositif assez largement plébiscité

Le mécanisme des compétences spécialisées semble avoir trouvé son public auprès des experts-comptables. En effet, lors des Universités d’été de la profession, ces derniers ont pu se prononcer sur la pertinence à leurs yeux de ce dispositif.

competence specialisee 2
A la question « Est-ce que vous pensez demander une spécialisation ? », 45 % ont répondu oui s’agissant des compétences sectorielles, 43 % se sont prononcés dans le même sens concernant les compétences techniques et seulement 36 % du public ont répondu par la négative. Il semble donc que le mécanisme des compétences spécialisées soit appelé à prospérer dans le monde du chiffre afin de porter l’attractivité et la compétitivité des cabinets comptables !

Hugues Robert

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.