Performance économique et sociale des startups du numérique en France

Organisation, gestion et développement
Outils
TAILLE DU TEXTE

France Digitale et EY ont publié en partenariat les résultats de la 9ème édition du baromètre annuel de la performance économique et sociale des startups du numérique en France.

Ce baromètre est établi à partir de données collectées auprès de plus de 500 startups du secteur du numérique.

L’expansion internationale : une étape cruciale pour accélérer la croissance

  • 34 % du chiffre d’affaires a été réalisé hors de France en 2019.
  • 37 % de chiffre d’affaires est réalisé à l’étranger par les startups réalisant plus de 20 millions d'euros de chiffre d’affaires. Cependant, les startups générant moins de 20 millions d'euros ne réalisent que 23 % de leur chiffre d’affaires à l’international.
  • Le chiffre d’affaires des startups interrogées a augmenté de 23 % par rapport à 2018.
  • En 2019, 31 % des répondants comptaient au moins un investisseur étranger dans leur capital.

Recrutement et recherche de talents au programme

  • Entre 2018 et 2019, l’effectif des entreprises répondantes a augmenté de 28 %.
  • En 2019, 5 905 emplois ont été créés, dont 85 % en France.
  • 86 % des employés des entreprises répondantes ont des contrats à durée indéterminée, bien que 77 % d’entre elles font appel à des consultants en freelance.
  • Selon 42 % des répondants, les profils les plus recherchés sont les fonctions de développement commercial et de marketing et 45 % estiment que les programmeurs et développeurs sont les profils les plus difficiles à recruter.
  • 63 % des startups considéraient, avant la crise sanitaire du Covid-19, que recruter des talents constituait la principale barrière au développement.

Un écosystème français bien perçu par les entrepreneurs

  • 60 % des participants utilisent le crédit d'impôt recherche, 50 % le crédit d'impôt innovation et 42 % bénéficient du statut de « Jeune entreprise innovante ».
  • En 2019, quatre startups sur cinq perçoivent leur écosystème régional comme étant dynamique et 42 % d’entre elles le qualifiaient de très dynamique.

Premières leçons de la crise du Covid-19

  • 70 % des sociétés du panel déclarent ne pas avoir rencontré de difficultés financières durant le confinement.
  • 83 % des startups ont souscrit un PGE of startups pour assurer la continuité de leurs activités.
  • 52 % des startups du panel ont mis en place le chômage partiel pendant le confinement.
  • 57 % des startups considèrent qu’elles disposent de moins de douze mois de trésorerie disponible.
  • 88 % des startups du panel considèrent que le télétravail a été efficace pendant le confinement.

« Cette étude permet chaque année de faire une photographie précise de la French Tech, la croissance en reste le principal moteur, que cela soit sur le plan du chiffre d’affaires comme des effectifs. La crise sanitaire a cependant contraint bon nombre d’acteurs à temporiser afin de repenser leur avenir » explique Franck Sebag, Associé EY.

« Cette étude révèle la robustesse de notre écosystème de startups, malgré la crise qui a fragilisé certaines d’entre elles : nos startups se développent et exportent leurs services made in France à l’international. Surtout, nos startups créent de l’emploi durable et de qualité – à près de 90 % en CDI – localisé en France : c’est un réservoir d’emplois incroyable ! Et l’étude montre que recruter est un de leurs principaux défis pour grandir encore » commente Frédéric Mazzella, Co-Président de France Digitale.

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.