Charles-René Tandé : « Je n’ai aucune inquiétude sur l’avenir de notre profession »

Institutions
Outils
TAILLE DU TEXTE

Lors de la cérémonie des vœux du Conseil supérieur de l’Ordre des experts-comptables, son Président Charles-René Tandé a dressé le bilan de l’année 2018 et dessiné les perspectives pour 2019.

Le Président du CSOEC Charles-René Tandé a présenté ses vœux pour la nouvelle année lors d’un événement dédié le 15 janvier dans les locaux du Conseil supérieur. L’occasion d’évoquer les réalisations 2018 et de présenter les défis 2019 de la profession du chiffre.

L’an passé a été largement marqué pour les experts-comptables par la mise en place de la retenue à la source de l’impôt sur le revenu. « Le prélèvement à la source a été pour nous un chantier très important au cours de toute l’année 2018, avec des craintes, des peurs, des angoisses, beaucoup de débats et de médiatisation » a ainsi relevé le Président Tandé, avant de poursuivre : « Un chantier que nous avons, je l’espère, mené à bien. »

Le volet PACTE a également été évoqué pour déplorer son article 9 sur le rehaussement des seuils d’audit et saluer son article 10 qui prévoit plusieurs avancées notables pour l’expertise comptable. Sur ce dernier point, deux amendements déposés au Sénat menaçaient de supprimer d’une part le statut d’expert-comptable en entreprise et d’autre part la facturation des honoraires de succès. Mais la commission spéciale n’a pas suivi ces propositions.

Le Président Tandé s’est aussi attardé sur la réforme territoriale. Le PACTE, encore lui, envisage en effet de réduire de 23 à 16 le nombre des Conseils régionaux. « Nous ne souhaitions pas cette réforme territoriale » a souligné Charles-René Tandé « L’idée de mettre en place de très grandes régions n’est pas la meilleure », relevant à cet égard – en écho aux problématiques plus globales rencontrées actuellement dans le pays – la nécessaire proximité entre les élus et les personnes qu’ils représentent.

Pour 2019, un autre grand chantier institutionnel sera le rapprochement projeté entre le CSOEC et la CNCC. Un espace commun sur Paris hébergera ainsi les deux organisations, avec des lieux partagés de réunion, pour permettre un service optimisé à l’attention des experts-comptables et commissaires aux comptes, via une mutualisation des ressources.

Le Président Tandé est enfin revenu sur plusieurs lignes stratégiques essentielles pour la profession : le digital – sachant que le prochain Congrès de l’Ordre sera dédié à cette question – rappelant de ce point de vue que « c’est la pérennité même du secteur qui passera par une forte implication dans le numérique » et aussi les sujets clés de la communication et de la formation des jeunes comptables et auditeurs. « Il faut absolument que nous ayons un diplôme qui soit en parfaite adéquation avec les besoins de nos cabinets » a souligné à ce propos Charles-René Tandé.

« Je suis très optimiste, je n’ai aucun inquiétude sur l’avenir de notre profession » a conclu le Président de l’Ordre avant de présenter ces vœux pour la nouvelle année 2019.

Hugues Robert

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.