L’expertise comptable et l’audit à l’horizon 2019 : points de vigilance et leviers de croissance

Etudes
Outils
TAILLE DU TEXTE

Philippe-Gattet-XerfiLe groupe Xerfi a publié une étude sur les perspectives des professionnels du chiffre à l’horizon 2019. Blockchain, digitalisation, conseil, regroupements… plusieurs leviers de croissance et points de vigilance sont identifiés. Le Monde du Chiffre a rencontré Philippe Gattet, auteur de l’étude Xerfi, afin d’obtenir davantage de précisions sur ces thématiques essentielles aux experts-comptables et auditeurs.

Notre entretien avec Philippe Gattet, directeur d’études Xerfi-Precepta et auteur de l’enquête Xerfi sur l’expertise comptable et l’audit à l’horizon 2019, débute sur une très bonne nouvelle pour les professionnels du chiffre. En effet, ces derniers devraient connaître une croissance notable de leur chiffre d’affaires, principalement liée à l’amélioration globale de la situation économique qui impacte la santé financière des entreprises clientes (avec une baisse notamment du nombre des défaillances).

« Deux points de vigilance méritent l’attention des professionnels du chiffre »

Philippe Gattet identifie néanmoins deux points de vigilance à retenir pour les experts-comptables et commissaires aux comptes à l’horizon 2019, en termes de menaces concurrentielles. « Pour l’heure, la pression vient surtout des clients qui ont un appétit naturel pour capter les gains de productivité de leurs partenaires en exigeant d’eux des baisses d’honoraires », mais au-delà de ce phénomène actuel, deux points d’attention méritent d’être soulignés.

Tout d’abord, l’essor des solutions informatiques et logiciels de comptabilité permet de plus en plus aux entreprises – et pas uniquement les grandes structures – une internalisation de la fonction comptable, sans donc devoir recourir aux services d’un prestataire externe. Ces programmes inondent le marché. Et bien entendu, ce phénomène ira croissant, obligeant les professionnels du chiffre à réagir avec créativité pour se réinventer et adapter leur offre et leur positionnement par rapport aux entreprises. Ces logiciels gagnent sans cesse en nouveaux développements. Au-delà de la seule comptabilité, ils permettent aux chefs d’entreprise d’obtenir des ratios, des tableaux de bord… par où les solutions informatiques automatisées flirtent elles-mêmes avec les prestations de conseil !

Ensuite, second point de vigilance mis en avant par Philippe Gattet, le développement des startups du droit et de la comptabilité – LegalTech mais surtout FinTech – implique une concurrence à prendre sérieusement en considération par les professionnels du chiffre pour l’avenir.

« Trois leviers de croissance pour les cabinets d’expertise comptable et d’audit »

Fort heureusement, il existe également des leviers de croissance mis en avant par l’auteur de l’étude Xerfi.

Tout d’abord, la digitalisation offre des perspectives très enthousiasmantes pour les professionnels du chiffre. L’offre des cabinets peut être numérisée, ce qui débouche sur des plates-formes digitales à la disposition des clients. Les process de production comptable peuvent également être dématérialisés, permettant une certaine « industrialisation » avec un gain de productivité considérable à la clé. Le numérique propose en outre un énorme potentiel en termes de communication. Sites, blogs, réseaux sociaux… autant d’instruments bien utiles et peu onéreux à la disposition des experts-comptables et commissaires aux comptes afin de mieux se faire connaître.

Enfin, une dernière perspective identifiée par Philippe Gattet concernant le numérique : même si cette possibilité est encore peu utilisée par les cabinets, le digital offre un canal performant pour externaliser la production comptable vers des pays étrangers où la main d’œuvre s’avère moins coûteuse…

Le conseil et plus généralement, la diversification des portefeuilles d’activités, les prestations à forte valeur ajoutée, constituent également des leviers de croissance centraux pour les professionnels du chiffre, ainsi que des réponses adéquates au développement des solutions automatisées de comptabilité : logiciels ou FinTech…

Le proverbe « L’union fait la force » semble également faire sens aux yeux de Philippe Gattet concernant l’avenir de la profession comptable. Que ce soit dans le cadre de réseaux intégrés, comme dans le cas des Big Four par exemple, ou bien dans celui d’associations de cabinets indépendants (éventuellement autour d’une marque commune), le regroupement ou l’adossement à un groupe apparaît comme une perspective intéressante pour les experts-comptables et auditeurs. Cette démarche permet notamment une mutualisation des moyens et des synergies très utiles pour faire front ensemble, contre l’essor des startups de la comptabilité.

On se souvient à cet égard que l’une des motivations de Philippe Arraou pour rejoindre BDO France et y adosser son propre cabinet relevait de ce type de considérations : « Nos métiers – l’audit comme l’expertise comptable – vont être bouleversés par la révolution numérique : il sera de plus en plus difficile pour un cabinet isolé de supporter les investissements nécessaires pour réaliser cette transition (technologies, formation…). » Philippe Gattet souligne à titre d’exemple le partenariat intéressant entre le réseau d’expertise comptable France Défi et la plate-forme de crowdfunding KissKissBankBank. C’est notamment la taille conséquente du réseau France Défi qui a permis à ce partenariat d’exister, débouchant sur un service particulièrement attractif : coupler l’expertise comptable et le financement participatif !

« La blockchain est avant tout une menace pour les professionnels du chiffre »

Dernier aspect abordé lors de notre entretien avec Philippe Gattet : la place de la nouvelle technologie blockchain dans le Monde du Chiffre. L’auteur de l’étude Xerfi souligne à cet égard l’ambivalence de ce procédé émergent.

D’une part, il s’agit clairement d’une menace pour les professionnels du chiffre. La technologie blockchain ouvre en effet la possibilité à un registre central d’auto-valider les écritures comptables des entreprises grâce à un contrôle automatique et en temps réel. Par où ce procédé remet largement en cause le rôle des experts-comptables et surtout des commissaires aux comptes !

Mais d’autre part, la blockchain représente une formidable piste de développement pour les cabinets, à condition pour ces derniers d’être capables de se réinventer. Les Big Four l’ont par exemple bien compris, qui investissent largement dans cette nouvelle technologie afin d’anticiper les prochaines évolutions de la profession. Le projet Balanc3 est particulièrement à surveiller à cet égard.

Hugues Robert