La comptabilité des entreprises de VTC

Comptabilité privée
Outils
TAILLE DU TEXTE

Les entreprises de véhicule de tourisme avec chauffeur ou VTC font partie de la catégorie des artisans et doivent tenir une comptabilité qui respecte les exigences incombant à cette catégorie.

Par conséquent, la tenue d'une comptabilité est obligatoire, de même que celle d'un livre journal, d'un grand livre et d'un livre d'inventaire. La gestion de l'organisation comptable est assurée par le dirigeant de la structure. Il est par ailleurs essentiel qu'un document relatif à l'organisation comptable propre à l'entreprise soit établi.

Des allègements sont possibles et dépendent essentiellement de la forme juridique et fiscale adoptée par l'entreprise. En effet, les entreprises de VTC peuvent choisir d'opérer soit en tant que société ou en tant qu'entreprise individuelle.

Entreprises de VTC exerçant en nom propre

S'agissant des activités exercées en nom propre, les obligations comptables seront moins considérables. En effet, les personnes exerçant en micro-entreprise au sens fiscal n'ont pas l'obligation d'effectuer des enregistrements comptables et bénéficient d'une dispense de bilan. Ils doivent cependant tenir un livre des recettes.

Quant aux opérateurs relevant du régime simplifié d'imposition, ils peuvent par exemple opter pour une comptabilité de trésorerie. La tenue d'un livre des recettes encaissées de façon chronologique et d'un registre des achats demeure obligatoire. Ils doivent également déclarer leur chiffre d'affaires en ligne tous les mois ou chaque trimestre, sur le site dédié. En matière de présentation des comptes annuels, des allègements sont prévus sous conditions de seuils.

Entreprises de VTC exerçant en société

Parmi les obligations comptables qui incombent à ces structures, on retrouve l'obligation d'enregistrer chronologiquement les mouvements affectant le patrimoine de la société, l'établissement des comptes annuels composés d'un bilan, d'un compte de résultat et d'une annexe, la rédaction des factures avec les mentions légales obligatoires et l'accomplissement des déclarations fiscales.

Des allègements sont possibles en matière de présentation. A titre d'exemple, la micro-entreprise de VTC peut présenter un bilan et un compte de résultat abrégés et est dispensée d'annexe.

Tenir soi-même sa comptabilité ou la confier à un professionnel ?

S'il décide de tenir lui-même sa comptabilité, le dirigeant d'entreprise de VTC doit utiliser un logiciel de gestion comptable. Il peut également se faire accompagner par un expert-comptable qui, en plus d'assurer la crédibilité et la cohérence des documents comptables, lui fournira de précieux conseils pour le développement de son entreprise. Dans ce cas, il devra décider au préalable des missions à accomplir par l'expert-comptable.

Enfin, il est conseillé aux entreprises de VTC soumis à l'impôt sur le revenu d'adhérer à un centre de gestion agréé afin de bénéficier de nombreux avantages sous conditions, comme par exemple une dispense de majoration de 25 % du bénéfice imposable.

Arzeenah Hassunally

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.